Photos de concerts, principalement à Lyon

12 février 2008

Daturah + Upfall!? + Sofia Mayor, 25.11.2007 au Sonic

Ca remonte à un petit moment déjà donc les souvenirs sont flous.

Je sais déjà que je suis arrivé tard donc Sofia Mayor tant pis ce sera pour une prochaine fois.

Upfall!? (alias L'Excentrique de Flensburg quand le guitariste passe au synthé) nous a proposé un set peu accessible avec quelques ratés qui faisaient sourire de dépit le batteur, qui devait se dire "ça commence bien". Peu importe, les deux Nancéiens se sont déchaînés dans une performance noise décousue qui m'a bien plu. Les mecs du Sonic ont voulu écourter leur set (soit-disant leur temps de passage était écoulé, mais merde on n'est pas au Transbordeur ou à Tony Garnier, si?) au moment même où ils s'apprêtaient à revêtir l'étiquette de L'Excentrique de Flensburg, ce qui les a quelque peu refroidis sur l'accueil... Mais quelques personnes du public (dont moi, héhé) ont manifesté leur désapprobation et ont incité les deux musiciens à jouer encore un peu.

PB260012

Upfall!?

PB260013

Upfall!? / L'Excentrique de Flensburg

Puis vint Daturah, le groupe allemand de rock progressif, s'il faut choisir une catégorie musicale. Je me lamentais de n'avoir jamais eu l'occasion de voir Godspeed You! Black Emperor en live. Et bien nul besoin des Canadiens pour ressentir ce que j'attendais, les Allemands font largement l'affaire! Un set planant où nul ne cherche à écraser l'autre, une vraie performance de groupe, un groupe qui a largement recours aux effets divers et dont les guitaristes savent diablement se servir de leur instrument, d'une manière opposée à celle des guitar heroes pompeux et assomants. Des montées lentes et langoureuses jusqu'à une explosion sonore clôturant les morceaux. Du très bon, à voir d'urgence!

PB260019

Daturah

PB260017

     Daturah, qui utilise des projections vidéos en fond

 

Posté par brisbane2007 à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 décembre 2007

YEAH!: ADULT (us) + NUMBERS (us) + BOGUSMAN (b) & VICIOUS DOLL + GHETTO NUNS (can) + more , 27/10/2007, au Recycl'art, Bruxelles

Enorme soirée au Recycl'art ce samedi soir. Je voulais y voir les Creeping Nobodies que j'avais ratés à Lyon une semaine plus tôt mais c'est une nouvelle fois raté car avec Erwan on se pointe là-bas vers 23h30. La programmation est longue et alléchante : de 21h30 à 7h du matin. On arrive -passablement éméchés soit dit en passant- pour Adult., le duo électro-clash gore de Detroit et c'est un bonheur, pas moyen de s'arrêter de bouger. Puis tout devient vague et je reprends mes esprit lorsqu'arrivent Bogusman & Vicious Doll  qui font apparemment chavirer tout Bruxelles en ce moment. Puis j'ai souvenir de danser, de fumer clope sur clope, de draguer à moitié une nana au premier rang, de faire la queue pour acheter de la bière, et avec ça il est pas loin de 5 heures du mat' quand on s'arrache, le groupe suivant ne nous passionant pas spécialement.

PA280011

   Vicious Doll & Bogusman

Posté par brisbane2007 à 17:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Scream Club + Sharon Tate, 17/10/2007, au Sonic

Là ça va être vite réglé. J'arrive au commencement du DJ Set de Sharon Tate et honnêtement je trouve ça minable. Ce cher Sharon joue sur son homosexualité débordante, très bien. Ca pouvait marcher en 1970 mais aujourd'hui ça ne choque plus personne. Il ondule, déchire des magazines porno en morceaux et les lance dans le public (quasiment inexistant). Puis il s'en prend brièvement au pape, quoi de plus conventionnel? "Et la musique dans tout ça?", me direz-vous... Eh bien un set plat, impossible d'être accroché. Une lueur d'espoir m'a saisi lorsqu'il passa Verschwende Deine Jugend de DAF, je me suis même surpris à danser, preuve que je ne suis pas rancunier ni intraitable sur ma première opinion. Mais ce ne fut qu'un feu de paille. Finalement je suis sorti sur le toit pour papoter avec Lolita Peel. Je me suis demandé si  c'était pas un côté punk "je vais vous emmerder un max, public débile et inculte", comme Jim Morrison ou Iggy Pop le faisaient très bien quand ils en avaient envie. Avec une toute autre classe et un tout autre charisme, mon cher Sharon.

Puis ce fut le tour de Scream Club d'entrer en scène.

PA180005

Et là d'un seul coup c'est l'hystérie! J'étais hyper étonné car je ne connaissais pas ce groupe hip-hop punk queer. Apparemment elles sont connues, notamment d'un public jeune (pour une fois avec mes 23 ans je faisais presque partie des papets) et essentiellement homosexuel. Lolita Peel détestant Scream Club, je ne l'ai plus revu de la soirée. J'ai trouvé ça sympathique, sans plus, un mélange rap électro clash, basé sur le tape-à-l'oeil et la provoc', mais gentillette. Elles étaient d'ailleurs sympas ces deux rappeuses, pas anti-hétéro ce qui est déjà pas mal. Le vrai truc chiant ce soir-là c'était qu'il y avait tellement de monde (surexcité qui plus est) pour leur set (c'est quand-même rare au Sonic) que c'était très difficile de prendre une photo correcte. Voilà celle où l'on peut apercevoir le mieux le groupe!

Posté par brisbane2007 à 17:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

The Legendary Pink Dots + Tat., 11/10/2007, au Sonic

Ce soir là, je dois bien avouer que j'étais surmotivé à l'idée d'aller voir les légendaires points roses.

Tout commença par Tat., groupe lyonnais.

PA120008

Une musique étrange, à vrai dire. Commençons par le commencement, le groupe n'était pas au complet, la chanteuse étant malade. Sur scène, un guitariste, seul. Derrière lui, des images projetées sur un rideau blanc. Il joue sur une guitare sèche, chante, s'interrompt, grogne des paroles angoissantes d'une voix de mutant, puis reprend son chant et sa mélodie. Ca dure un petit moment et c'est intriguant. Je trouve ça très beau, très sombre. Il a l'air ému, je ne sais pas s'il pleure ou si ce sont des gouttes de sueur qui perlent quand il chante mais c'est troublant, j'ai jamais su. Puis monte sur scène un autre individu qui tantôt plaque des accords de synthé, tantôt chante, tantôt frappe sur un gong. Ca donne une ambiance très étrange, voire pesante, on dirait un rituel antique ou une cérémonie. Puis tout se termine. Je ne sais quoi penser, ça m'a donné envie d'en savoir un peu plus et de les revoir au complet, c'est déjà un bon point.

Arrivent enfin les papys psychédéliques dans des costumes futuristes dignes de Blake et Mortimer dans Le Piège Diabolique . Quelle joie! Un magnifique concert, qui s'ouvre sur un petit speech baba sur le fait que c'est cool de pas manger de viande. Bon. A part ça, des musiciens au point, on ne sent aucune lassitude après tant d'années et ça fait plaisir.

PA120018

Ils ont délivré des épopées aériennes qui n'ont pas pris une ride. Le saxophoniste est un vrai dingue. Je sais pas vraiment comment décrire ce concert, c'est un peu con parce que c'est le but de ce blog, mais c'était juste... étrange, planant, plaisant. Et satisfaisant de pouvoir encore voir ces gens là. Et à ce niveau. Le même soir, un pote assistait au concert de Tuxedomoon à Bruxelles et ne s'en est pas remis non plus. Ces papys là font plus que de la résistance, à l'heure où les come-back et les reformations sont monnaie courante et souvent bien décevantes et intéressées.

PA120015

Niels Van Hoornblower au saxo. Grandiose. Il fut l'auteur d'une descente dans la foule avec son saxo à l'intérieur duquel une lampe s'allumait à chaque note soufflée!

Posté par brisbane2007 à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

The Joke + The Venus Fly Trap One Girl Band + Get Hustle, 25/09/2007, au Sonic (Lyon)

Tout commence par The Joke, une mauvaise blague qui ne restera pas dans les annales, loin de là. En effet, que dire d'un groupe de pop qui se définit "Cold Wave" sous prétexte qu'il utilise un synthétiseur? Ca donnait l'impression de voir les Cranberries essayant désespérément de sonner comme Joy Division ou Sonic Youth. Mieux valait en rire, en effet.

Les plaisanteries les plus courtes étant toujours les meilleures, on s'arrêta rapidement de se bidonner lorsque surgit la tigresse sexy de The Venus Fly Trap One Girl Band. Pourtant le nom prêterait à sourire. La performance beaucoup moins... Cette fille est capable de jouer de la grosse caisse et de la caisse claire avec ses pieds, et dans le même temps de la guitare avec ses mains et du blues noisy décapant avec sa voix. Mes respects madame "piège à mouche".

P9260003

Là où on commence vraiment à devenir dingue c'est quand la pédale pied gauche (donc caisse claire) se rompt sous les coups de boutoir. Passablement dépitée, la dame la jette droit devant elle et au lieu de se démonter, en attendant qu'on en trouve et en ajuste une nouvelle, elle commence à enregistrer des boucles de guitare tout à tour sur son séquenceur, jusqu'à ce que ça devienne une sorte de mantra obsédant. Génial! Cette fille a du talent et du caractère!

P9260018

Pour bien terminer la soirée, il nous fallait Get Hustle. Un trio de Portland proposant une musique peu commune, entre Blues, Punk, Free Jazz, hurlements. Batterie/Clavier/Voix. Une voix qui me faisait penser à celle de la chanteuse des Bellrays. Une énergie brute voire brutale, un clavier saturé et un batteur jouant des rythmes improbables, saccadés. Du tout bon mais du trop court. Le set fut interrompu au bout d'une quarantaine de minutes par le groupe lui-même, tellement il faisait chaud dans cette péniche!

P9260014

Très bons

P9260026

Un peu de repos pendant les solos. Il faut dire qu'il faisait bien 35°C à l'intérieur ce soir-là.

Posté par brisbane2007 à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Broadcast au Grand Mix, Tourcoing, 12/10/2005

Broadcast1 Je commence ce blog par un concert assez ancien. J'attendais que Broadcast vienne en France depuis un bout de temps, m'étant bercé de Work & Non-Work, The Noise Made By People et surtout l'excellentissime Ha Ha Sound . Ils étaient certes passés à Paris en 2000 et 2003 mais jamais ailleurs. Alors quand j'ai vu qu'ils débarquaient au Grand Mix à Tourcoing, j'étais tout joyeux. Ca fait maintenant plus de deux ans, mais si mes souvenirs sont bons, ils ont joué un set moins électro que sur les albums, plus pop peut-être mais toujours avec ces mélodies si prenantes et délectables. Certains furent déçus, mais pour ma part ce fut un excellent moment. Je me souviens qu'ils ont ouvert le concert avec Pendulum, rien de mieux pour mettre le public (plus que clairsemé) dans l'ambiance.

Broadcast4

  Parfois, Trish Keenan joue de la guitare sur scène

Posté par brisbane2007 à 15:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]